on fait le bilan…

23 04 2011

Et voilà… cette fois-ci, c’est bel et bien terminé… Pour essayer de faire bref et pas forcément dans l’ordre, voici compte rendu de ce séjour blogué.

Une idée soudaine, un premier voyage à vélo, des paysages magnifiques, des gens formidables aussi bien les voyageurs comme moi qui les accueillants, de l’eau, beaucoup d’eau (pas celle que l’on boit mais celles qui coulent de l’océan atlantique à la mer méditerranée), beaucoup d’écluses aussi, des bateaux, des énergumènes de ci de là, des dédicaces, des pensées, mine de rien ; du sport : 860km en 54h30, de la culture dans plein de domaines…

Si l’envie, l’idée vous trotte dans la tête : faite le ! Alors, en 10 jours c’est pour voir l’essentiel, c’est bien là, mon plus grand regret ; ne pas avoir tout vu… mais bon, on avance pas aussi vite qu’en voiture mais environ 2 fois plus vite qu’en bateau !

Des remerciements ?! bah oui quand même ! c’est le genre de truc qui fait bien à la fin… encore une fois par forcément dans l’ordre…

  • Décathlon Brive-La-Gaillarde et l’Atelier Régional
  • mon vélo un B’twin Riverside 5 (ancien modèle) il a un peu souffert mais dans l’ensemble parfaitement adapté à quelques détails près.
  • Alexis de « Brive Ville Cyclable » pour la publication du blog sur le site (en espérant que ça motive d’autre personnes à faire ce genre de trip)
  • Corinne de St. Yzans, la FUAJ (Blanquefort et Carcassonne), M & Mme Bullat de St. Macaire, Bruno& sa femme de Feugarolles, Béatrice de Moissac une de mes meilleures étapes, Samantha & Vincent, l’équipe de l’hôtel de l’obélisque en particulier Ludo, Petra & Robert de la Souqueto à Mirepeisset, l’hôtel-restaurant de Sète « la Conga & la table de Jean ». Merci à vous tous pour votre accueil !
  • Tous les gens rencontrés lors d’un repas, sur le trajet, en visite… en particulier Maurice et sa fidèle « takasuivre », le château « haut clos peyraguey » dans le Sauternes, Pascale & Philippe ainsi que leurs deux filles Lola & Clémentine de La Rochelle (j’espère que votre séjour en Catalogne s’est très bien passé)…
  • Pierre-Paul Riquet (quel génie !!!), Vauban (tout aussi impressionnant mais je le savais déjà), tous les auteurs qui ont participé et participent encore à la réalisation de ce projet pharaonique reliant l’atlantique à la méditerranée notamment les vnf (dont certains éclusiers ont vraiment rendu leur maison très attractive ; l’aiguille), les conseils généraux, les communes, les comités départemental du tourisme…
  • Tous ceux qui m’ont suivi sur le blog, facebook ou en vrai sur un vélo (mes frères), un bateau (vous êtes nombreux) ou tout autre moyen de transport (planche à voile, aviron…).
  • La SNCF… bien que pas facile… au final très bon service (aussi bien en TER, Intercités que Téoz)
  • L’association Vélo Toulouse qui édite deux guides vraiment bien adaptés à la durée de mon séjour, Philippe Calas pour son livre, l’af3v…
  • si j’en oublie (certainement…) je les rajouterai plus tard…
  • Et pour finir ; MOI !!!
Un séjour super riche en tout ! Pas ou très peu de pollution, très culturel une fois de plus et qui donne envie de recommencer…
A bientôt.




onzième jour ; le retour…

21 04 2011

Au ptit matin direction la gare SNCF de Sète en longeant la mer, le port et traversant un ptit peu la ville…

Une fois dans le train, la ligne passe en grande partie jusqu’à Toulouse à proximité du canal (c’est impressionnant comme ça va vite…) et on revoit certaines choses du parcours…

A la maison l’heure du bilan approche avec remerciement (surtout à moi même).





dixième et dernière étape…

21 04 2011

Bah voilà le séjour touche à sa fin…

Une dernière nuit avant de pouvoir rentre et faire le bilan…

Rien de particulier ici… n’ayant pas eu de place à l’Auberge de Jeunesse de Sète… j’ai choisi un hôtel en bord de mer sans prétention…

Hôtel La Conga & Restaurant La Table de Jean





dixième et… (presque) dernière journée !

20 04 2011

Après cette superbe étape c’est parti pour la dernière partie du voyage d’un navire du XVIIème siècle. Grosse étape de plus de 100km… avec forcément encore plein de choses à voir !

Dès le départ arrêt rapide au port de La Robine (obligatoire…) mais on ne traine pas trop… Et c’est parti pour un séance sportive, non-stop pendant 25km à 23km/h (c’est l’effet ptit dèj de Petra)… avec toujours autant de jolies choses à voir au bord de l’eau, péniches, pont…

Et arrive donc très vite, après quelques discussions échangées avec des plaisanciers en pénichettes, le fameux Tunnel de Malpas, uuique en son sur ce tracet. (Alors pour le nom encore sogrenu, mal (mauvais) pas (passage) = mauvais passage). Franchissant une colline incontournable, contre tous, Riquet tient tête et fait réaliser le tunnel. Creusé dans le roc, long de 173 mètres, haut de 6 et large de seulement 8,5 (deux péniches ne se croisent pas et les ânes ou baudets laissent leurs places aux hommes pour le halage des péniches).

Aujourd’hui, c’est encore plus impressionnant… car en effet ici sous ce tunnel (oui oui, dessous !!!) se croisent trois tunnels !

Au plus profond celui de l’évacuation des eaux de l’étang de Montady ; un autre truc impressionnant ; c’est un ancien étang asséché au Moyen Âge.  Grâce à des canaux de drainage, l’eau est conduite vers un collecteur central, ce qui explique la disposition en étoile des champs. L’eau est ensuite évacuée par un fossé à contre pente vers l’étang de Capestang etpar une galerie sous la colline d’Ensérune et SOUS le tunel du Malpas. Il est caractérisé par un paysage en forme d’étoile ou de soleil, formé par les champs et les vignes qui occupent l’espace de l’étang asséché.

Et en dernier sous les deux précédents… on trouve le tunnel de la SNCF ! que j’emprunterai pour rentrer…

A deux pas, se trouve un site gallo-romain impressionnant : l’oppidum d’Enserune mais… fermé à notre passage… une autre fois… dommage.

Alors on continu pour arriver à Béziers à LA fameuse (aussi) écluse de Fonserannes ; c’est la plus longue écluses du canal (8 bassins sur 300m) et au ptit bonheur une énorme péniche (d’australiens !!!) est en train de descendre les 21,50m de dénivelé ! Arrêt obligatoire jusqu’à la fin ! Surtout après les plus de 54km nous séparant de l’écluse précédente… Vue impressionnant sur Béziers. En 1990 une pente d’eau (semblable à celle de Montech) fut construite et n’a jamais fonctionné correctement, aujourd’hui elle est hors d’usage (en moins de 20 ans ; contre plus de 300 ans pour les écluses…), mais ! en raison de l’attrait touristique et du nombres important de passages de plaisanciers, les vnf pourraient éventuellement la remettre en fonction (comme celle de Montech…) afin d’éviter les embouteillages… surtout que… les sept écluses ne se franchissent selon la demi-journée  que dans un sens ou dans l’autre !

Un peu plus loin, on trouve le pont-canal sur l’Orb, fleuve côtier qui a bien pausé des problèmes… au début de la navigation les bateaux empruntait le cours d’eau mais son niveau irrégulier oblige la création de ce pont-canal ainsi que le mise en place d’une écluse très profonde et même un nouveau port (le premier étant sur le fleuve). Sa mise en service fut mainte fois retardée et est arrivée seulement en 1858 !

Un peu plus loin près de Vias, encore un ouvrage impressionnant ! Le passage mobile du Libron. Le Libron est un « ruisseau » capable de provoquer des crues dévastatrices, il est également très chargé de limon, de sable… et envase le canal. Ici impossible de construire un pont-canal à cause de la différence d’altitude, en 1858 on construit donc un cet impressionnant système plus compréhensible en le voyant qu’en explications…  D’abord il a fallut créer un deuxième lit pour le fleuve, ensuite on construit deux ouvrages identiques afin de toujours laisser le Libron s’écouler. Son système fait de structures métalliques vient en cas de crues, faire barrage au canal (en maintenant les eaux dans des caissons relevables situés de part et d’autre du canal), le Libron, peut ensuite s’écouler vers la mer. Ce système se rapproche d’une écluse sans déverser l’eau en amont ou aval du canal…

Et le dernier ouvrage remarquable, l’écluse ronde d’Agde unique sur le canal du midi mais aussi au monde ! Elle régule trois voies d’eau canal du midi par où nous arrivons, un petit canal ralliant le port d’Agde et la mer et un bras menant au fleuve Hérault qui est remonté pour retrouver le canal du midi un peu plus loin empêchant ainsi que les éventuelles crues du fleuve ne s’engouffre dans le canal ! Malheureusement dénaturée pour assurée la circulation de bateaux plus gros…

La fin est proche mais un petit détour est à faire en raison d’un éboulement du chemin… direction le nord de l’étang de Bagnas (magnifique réserve naturelle). Et nous arrivons à La Pointe des Onglous.

Les péniches traversaient ensuite l’étang de Thau pour rejoindre Sète et enfin la mer ; pour nous ce sera par la piste cyclable qui longe le bord de mer et l’étang… Une belle piste cyclable en aménagée en voie verte ! génial surtout qu’il est déjà tard !… Oh tiens ! la piste s’arrête, c’est pas grave elle doit reprendre plus loin… Ah oui ! la voilà… Et bein non ! elle s’arrête encore et la route aussi… (retard dans les travaux d’aménagement du littoral…) : quelques kilomètres à pousser les vélos (lourds) dans le sables ! Génial… (ou pas…) Et enfin, arrivée by night (bah forcément…) à Sète… avec vue sur le mont St. Clair

Et voilà… Arrivée à Sète… fin du voyage… reste plus que le retour… et la dixième étape.





neuvième nuit…

20 04 2011

Après cette journée (encore une magnifique), où l’on oublie parfois que l’on est en vélo ! L’étape se fera chez Petra & Robert à Mirepeisset (on nom farfelu je trouve… mais d’après Robert ; cela viendrait du vieux français : mire (voir, regarder) peisset (poisson) ; regarder le poisson…). Bref ! ici coule une rigole d’alimentation du canal qui occupe aujourd’hui l’ancien lit du canal arrivant jusqu’à La Robine ou un port à naturellement trouvé sa place puisque plus tard fut construit un autre canal (ralliant La Robine à Narbonne) avec des distances plus courtes pour rejoindre la mer… Nous verrons ça demain.

Donc une nuit dans uue chambre d’hôte entierrement refaite alliant charme de l’ancien au confort d’aujourd’hui, ça ne fait pa de mal une fois dans le séjour et un ACCUEIL !!! Incroyable ! vraiment gentils, drôles, ouverts… tout !

La Souqueto B&B

Le ptit dèj ici ! Bah… y’a tout, voir plus ! Petra (la maitresse de maison irlandaise) donne aussi des cours de cuisine, (au passage, c’est aussi une artiste peintre) et dès le matin elle prépare de tout pour ses hôtes (smoothies, fromages blancs arrangés…) impressionnant !!!

Au coeur du village, (tout petit village au bord de l’eau) un restaurant toujours rempli !!! La Taverne, situé sur « La Placette » supers repas, supers vins locaux ! Cuisine locale ou pas, viandes au feu de bois en salle… Une étape en OR !





neuvième journée ; d’ouvrages d’art en ouvrages d’art

19 04 2011

Après cette soirée, nuitée dans cette fabuleuse cité médiévale de Carcassonne, c’est parti pour l’avant-dernière étape…

Le pont-canal d’Orbiel (près de Trèbes où se terminait la première tranche des travaux, dans l’un des projets il était même prévu que le canal s’arrête dans cette petite ville de la deuxième couchée. Les bateaux auraient ensuite rallier la mer par l’Aude) ; réalisé par Vauban en 1886 est l’un des premiers construit en France. A la base, l’Orbiel se franchissait d’une toute autre façon, en effet une chaussée avait été construite afin de faire monter les eaux de la rivière au niveau de celle du canal…

A certains endroits, la roche à particulièrement était « creusée » laissant apparaître un paysage remarquable, en voici un exemple.

Plus loin, l’écluse remarquable de l’Aiguille ou il était annoncé « sculptures » mais quelle surprise !!! et respect pour cet éclusier artiste non pas du XVIIème siècle mais très contemporain ! Donnant ainsi un attrait à SON écluse où tout le monde s’arrête prendre des photos et éventuellement lire les légendes parfois… surprenantes mais tellement drôles ! (je lis toujours tout et là !… jugez plutôt)

Allé ! on continu ! Toujours sous la direction de Vauban,  Voici l’épanchoir d’Argentdouble puis une oeuvre historique ; le pont-canal de Répudre, c’est le premier construit en France, le deuxième au monde et… le seul construit par le génie Riquet en 1676

Un peu avant… une écluse qui annonce un tracet assez rare, en fait, lorsqu’on navigue, fait du vélo ou marche tout simplement sur le canal du midi, on voit un peu voir beaucoup d’écluses, très régulièrement… gérant le dénivelé (négatif, dans le sens de cette promenade de santé), celle-ci annonce donc un « plat » assez considérable modifiant ainsi le paysage habituel

Ici, l’un des nombreux pont enjambant le canal. Le second, , à ma grande surprise en calcaire (ok) mais aussi en basalte ; du basalte ?! ici ?! En fait Riquet à créé également une carrière de basalte non loin d’ici. A partir de pont nombreux seront les ouvrages réalisé tout ou partie en basalte.

Et pour aujourd’hui le parcours s’arrête ici, Le Sommail, un village entièrement construit par Riquet autour de la couchée (une autre auberge-halte pour es barques de poste). Aujourd’hui, un caractère, un charme et une authenticité conservée ! Un lieu-dit que se dispute trois communes… On y trouve une jolie péniche épicière. A savoir également comme l’ensemble du canal (aussi bien voies fluviales que les chemins de halage) sont gérées par les VNF (l’état donc), et bien ce village aussi !!! Il est dans son ensemble loué soit aux nombreux touristes, soit aux autochtones.  Un village vraiment agréable dont l’histoire est entièrement liée à celle du canal.





huitième étape

19 04 2011

Encore un très bon plan ; auberge de jeunesse de Carcassonne située en plein centre de la ville médiévale (tout en haut… Une dernière grosse montée avant l’arrivée, une bonne douche et c’est parti pour un repas dans un petit restaurant de la cité à deux pas de l’auberge.

Au passage, une AJ rénovée dernièrement vraiment très propre.

Auberge de Jeunesse de Carcassonne